top of page
  • Photo du rédacteurArte

Transition énergétique : l'Allemagne arrête officiellement d'utiliser l'énergie nucléaire

Dernière mise à jour : 17 avr. 2023


energie, energie renouvelable, nucléaire

L'Allemagne a fermé ses trois derniers réacteurs nucléaires samedi 15 avril.


Une nouvelle page pour la première puissance européenne investissant dans les énergies renouvelables.


Berlin ouvre un nouveau chapitre. L'Allemagne a fermé les trois derniers réacteurs du pays, marquant sa transition loin de l'énergie nucléaire. Les centrales Isar 2 (sud-est), Emsland (nord-ouest) et Neckarwestheim (sud-ouest) ont été déconnectées du réseau électrique le samedi 15 avril. Leur arrestation était initialement prévue pour le 31 décembre 2022, mais le gouvernement allemand leur a accordé un délai de plusieurs mois.


L'Allemagne a commencé le calendrier de sortie du nucléaire dans les années 2000 sous le social-démocrate Gerhard Schröder. L'ancienne chancelière de la CDU, Angela Merkel, a accéléré les plans en 2011 après la catastrophe de Fukushima. La sortie s'est alors inscrite sans réelle discussion avec le reste de l'Europe. Nicolas Sarkozy a même décidé que ce départ était enregistré "avec émotion". En 2022, Olaf Scholz a décidé de donner un dernier délai aux réacteurs en raison de la panne des réacteurs français.


"A cause de la guerre de Poutine et du désastre de l'industrie nucléaire française, toute l'Europe doit produire comme une folle pour nourrir la France", a déploré l'ancien ministre de l'Environnement de Grünen, Jurgen Trittin, en octobre 2022.

En effet, la guerre en Ukraine, qui a débuté le 24 février 2022, pourrait remettre en cause le plan de sortie. Comme d'autres pays européens, l'Allemagne avait les scénarios économiques les plus sombres. Le pays a finalement remplacé ses fournisseurs russes par d'autres. Mais cet épisode de la crise du gaz divise les Allemands qui s'éloignent du nucléaire.


Seul un quart des Allemands sont favorables à la fermeture de centrales électriques, contre 65 % entre 2010 et 2019. Cependant, les trois dernières centrales électriques n'ont produit que 6 % de l'électricité produite en Allemagne en 2020. En 2019, la part des énergies renouvelables était de 46 %. dans la même année Du côté de la coalition au pouvoir, les esprits sont tout aussi sceptiques : "C'est une erreur stratégique dans un environnement géopolitique toujours tendu", a déclaré Bijan Djir-Sarai, secrétaire général du parti libéral FDP et partenaire de coalition d'Olaf.





Pour Friedrich Merz, leader de l'opposition conservatrice (CDU), l'abandon du nucléaire relève d'un "préjugé fanatique". Sans surprise, les Verts connaissent "un grand succès". L'abandon du nucléaire "arrive trop tard et pas trop tôt" a lancé Jürgen Tritt, député du parti écologiste, lors d'une manifestation à Berlin samedi 15 avril. Pour eux, c'est l'aboutissement d'un long combat contre "une technologie dangereuse, non durable et coûteuse".


Berlin a désormais un autre objectif : décarboner l'économie d'ici 2045 et fermer toutes les centrales à charbon au plus tard en 2038. La principale puissance économique européenne investit dans le développement des énergies renouvelables, notamment l'éolien terrestre.



ETUDE GRATUITE, energie, autoconso, energie renouvelable

0 vue0 commentaire

Σχόλια


bottom of page