top of page
  • Photo du rédacteurArte

Le gel des loyers s'applique désormais aux passoires énergétiques

Dernière mise à jour : 7 févr. 2023



maison rouge, argent et un monsieur qui ecrit ARTE, Marne, Connantre, Fère-Champenoise, Chalons en champagne, Pompe à chaleur ,france, Rénovation Energétique, Isolation, AIR/AIR, AIR/EAU,étude gratuite, devis gratuit

Depuis le 24 août, les propriétaires ne peuvent plus augmenter les loyers des appartements considérés comme filtres énergétiques (DPE entrées F et G). Concrètement, ce gel des loyers concerne les appartements qui consomment plus de 330 kilowattheures par mètre carré par an ou dont les émissions de dioxyde de carbone sont supérieures à 70 kg/m2 par an. C'est la première mesure avant l'interdiction de louer l'appartement le plus énergivore.


Il y a un peu plus d'un an, la Loi Climat et Résilience était votée, qui imposait un loyer pour les appartements avec écrans énergétiques (labels F et G) à partir du 2 août 2022, puis proscrivait progressivement l'interdiction des loyers des appartements les plus énergivores. . et des appartements non rénovés.


A partir du 24 août, un gel des loyers s'applique aux appartements qui consomment plus de 330 kilowattheures par mètre carré par an ou dont les émissions de dioxyde de carbone sont supérieures à 70 kilomètres par mètre carré par an. Le nombre d'appartements dépassant cette limite concerne 17 % du parc de logements principal.Nous vous rappelons que le nombre d'objectifs énergétiques a été revu à la hausse dans le rapport de l'Observatoire national du renouvellement énergétique (ONRE) publié fin juillet.


Avec la réforme du Diagnostic de Performance Energétique (DPE), on dénombre actuellement environ 7,2 millions d'appartements dont 5,2 en résidences principales. Le gel des loyers s'applique aux révisions annuelles, aux baux et aux nouveaux baux."Aujourd'hui, nous ne pouvons pas laisser les gens vivre dans des écrans chauds et ne pas agir en leur nom.


Et agir en leur nom signifie geler les loyers à partir du 2 août pour protéger les locataires et appeler les propriétaires à faire encore plus de travaux nécessaires", a déclaré le nouveau ministre du logement . Olivier Klein

Inciter les propriétaires bailleurs à rénover les logements

Cette mesure est la première d'une série d'interdictions plus restrictives visant à inciter les propriétaires à rénover leurs immeubles locatifs. Depuis janvier 2023, il est interdit de louer des appartements qui consomment plus de 50 kilowattheures par mètre carré et par an. L'interdiction s'appliquera ensuite à partir du 1er janvier 2025 pour les appartements de classe G (soit 7% des parts), en 2028 pour les appartements de classe F (10%) puis en 203 pour les appartements de classe E (22%). L'objectif est que tous les appartements en France soient classés A ou B d'ici 2050, sachant qu'ils ne représentent actuellement que 5% des logements.


Pour aider les propriétaires à faire face au processus de rénovation, le gouvernement rappelle l'existence de plusieurs aides, notamment MaPrimeRénov, mais aussi le dispositif des Certificats d'Économies d'Énergie (CEE), dont l'obligation a été récemment renforcée pour corriger la hausse. la partie restante à payer et une déduction pour le travail effectué.Cependant, les prochaines interdictions lumineuses inquiètent les professionnels de l'immobilier, qui constatent déjà une augmentation des ventes de filtres à énergie, notamment auprès des propriétaires qui n'ont pas les moyens de les renouveler.


Enfin, les professionnels craignent également une augmentation des appartements vides, une baisse des appartements locatifs et de nouvelles tensions sur le marché immobilier.

bottom of page