top of page
  • Photo du rédacteurArte

La pénurie de bois de chauffage s'intensifie

Dernière mise à jour : 10 févr. 2023

Les prix du bois ont augmenté de 20 % depuis juin, soutenus par une forte croissance de la demande et l'ajout de nouveaux commerçants prêts à tout pour obtenir leur part du gâteau.

ARTE, Marne, Connantre, Fère-Champenoise, Chalons en champagne, Pompe à chaleur ,france, Rénovation Energétique, Isolation, AIR/AIR, AIR/EAU,étude gratuite, devis gratuit, le bois de chauffage coupé et rangé

Les prix du bois augmentent fortement en plus de la pénurie croissante.


Les fournisseurs de bois de chauffage sont unanimes : il n'y aura pas assez de bûches pour tout le monde cet hiver. Selon un rapport 2019 du Comité national de développement du bois, "entre 7,5 et 8 millions de foyers français sont équipés d'un chauffage au bois (associé à des bûches et des granulés)". L'Agence de l'environnement et de l'énergie (Ademe) indique sur son site internet que le gouvernement a pour objectif de porter le nombre de foyers au bois à 9,5 millions d'ici 2023 et à 11,3 millions d'ici 2028.


Mais cela a provoqué une forte augmentation du prix du bois », déplore le directeur de Quality-bûches Gérard Fellous. Non seulement cela, « le prix des granulés a triplé au cours des six derniers mois, ce qui a également déplacé le prix de la bûche ». et nos chargements », ajoute le commerçant. Depuis juin, le prix des palettes en bois brut a augmenté de 20 %, ce qui a obligé Gérard Fellous à appliquer cette hausse de prix à ses clients : « J'ai enregistré trois augmentations depuis le début de l'été, qui n'est que le résultat des prix de mon fournisseur. "


Selon lui, "la demande a décuplé depuis juillet", alors qu'elle ne démarre généralement qu'à l'automne. "Sans publicité, je reçois une centaine d'appels par jour, que j'envoie directement sur ma messagerie vocale. Il n'y est jamais allé, c'est du jamais vu », s'étonne Gérard Fellous. Même constat pour le fournisseur de bois de chauffage Julian, qui « n'en a jamais vu [de sa vie] ».


Il reçoit une quarantaine d'appels par jour, seulement cinq en temps normal. Espérons que l'hiver ne sera pas dur, sinon ce sera très difficile », s'inquiète-t-il. par livraison. Les détaillants manquent de ces paquets cubiques de bois et personne n'a assez de stock, prévient Gérard Fellous. L'homme d'affaires mosellan Patrick Heib a une situation similaire : "Il n'y a plus de stock nulle part, je garde mon stock pour les clients réguliers, dans l'espoir qu'il dure jusqu'à la fin de l'hiver." Habituellement il est vendu 55-57 euros la pièce, un cube de bois est actuellement à 60-65 euros chez ce revendeur.


En 2020-2021, la demande française de bois était de 1,8 million de tonnes et est passée à 2 millions de tonnes en 2021-2022. Selon l'Association française des combustibles, ce nombre va exploser à 2, millions de tonnes de bois à l'hiver 2022-2023. Une folie qui n'est pas passée inaperçue auprès des journalistes.« Mon producteur m'a informé de l'arrivée de nombreux nouveaux venus qui sentaient la poule aux œufs d'or. Les ventes aux enchères de bois achètent toujours au prix le plus élevé et faussent le marché. Même les anciens partent à la retraite », raconte Gérard Fellous, qui a créé l'entreprise en 2003.


A partir de septembre 2023, les troncs de moins de deux mètres - et donc aussi de mètres denses - ne pourront être que du bois sec. Le nombre de bûches diminue donc quand on sait qu'il faut en moyenne 18-24 mois pour sécher du bois.


Comments


bottom of page