top of page
  • Photo du rédacteurArte

L’accès au crédit immobilier se durcit

Dernière mise à jour : 17 févr. 2023

Décembre est le onzième mois consécutif où les prix de l'immobilier augmentent. Les profils à faible revenu et/ou + de 45 ans sont souvent mécaniquement exclus pour des périodes plus longues de plus de 20 ans.

ARTE, Marne, Connantre, Fère-Champenoise, Chalons en champagne, Pompe à chaleur ,france, Rénovation Energétique, Isolation, AIR/AIR, AIR/EAU,étude gratuite, devis gratuit , maison d'intérieur moderne ,

Les courtiers hypothécaires semblent avoir reçu peu de nouveaux barèmes de taux pour décembre, mais les banques qui ont modifié les barèmes l'ont fait à la hausse. Ainsi, on peut dire que décembre est le onzième mois consécutif au cours duquel les taux d'intérêt immobilier augmentent.


De 2,10% à 2,40% sur 20 ans

 

Il est de plus en plus difficile de parler de taux d'intérêt moyens, car les écarts peuvent être importants selon le profil de l'emprunteur et les politiques de chaque banque, mais la limite des 2% est maintenant dépassée depuis 15 ans.


Sur 20 ans, 2,30 % est déjà un bon taux d'intérêt. Par exemple, le courtier en ligne Pretto prête 2, 45 % sur 20 ans aux emprunteurs ayant un revenu annuel inférieur à 40 000 euros, au mieux 2,09 % pour les revenus supérieurs à 80 000 euros.


Les offres sur 25 ans sont de 2,20 à 2,60% selon les revenus. Mais en général, les limites d'intérêts sont souvent affectées lorsque les taux d'intérêt nominaux dépassent 2,50%, car les prêts à terme doivent inclure des frais d'assurance emprunteur, de documentation et de garantie qui ne dépassent pas 3,05%. plus de 20 ans.


De plus en plus difficile de se financer

 

Le contexte est si particulier car les plafonds de taux d'intérêt limitent encore les banques lorsqu'elles veulent appliquer des taux d'intérêt plus élevés.


Certaines agences veulent encore geler un prêt hypothécaire. Les banques avec des barèmes supérieurs à 2,80% ont effectivement stoppé la production de crédit. Une fois sur place, les emprunteurs ont de plus en plus de mal à se financer. Les profils à faible revenu et/ou de 45 ans sont souvent mécaniquement exclus pour des périodes plus longues de plus de 20 ans. Tout cela se reflète bien sûr aussi dans le montant des prêts, qui a chuté très drastiquement en raison de la censure de nombreux acheteurs retardant ou annulant leurs projets.


Par exemple, dans le réseau de courtiers Vousfinancer, les demandes de crédit immobilier ont diminué de 20% le mois dernier par rapport à novembre 2021, et donc le nombre de dossiers envoyés il y a environ 3 mois de 15% par an. "Nous avons constaté une évolution de l'activité de crédit depuis juillet, notamment en lien avec le problème du taux d'extinction, qui était particulièrement bloqué à l'époque.


Depuis octobre, le ralentissement est plus fort, et il est lié au problème de la demande de crédit, qui est lié à l'attitude attentiste des emprunteurs, et, surtout, au problème de l'offre de crédit dans les banques qui ont simplement fermé le robinet du crédit ", explique-t-il à Vous financier.


Des hausses de taux toujours liées à l’inflation

 

Bien sûr, on peut espérer que la révision trimestrielle des taux d'intérêt au 1er janvier prochain ouvrira un peu la donne, mais c'est surtout l'occasion pour les banques de monter en gamme.


Ainsi, des hausses de taux d'intérêt sont attendues dans les mois à venir, à condition qu'il n'y ait pas de signes persistants de ralentissement de l'inflation, ce qui est de nature à assouplir la politique monétaire restrictive des banques.


Le réseau Cafp s'attend également à ce que le taux d'intérêt approche 3,5% en avril-mai 2023 et estime que cela pourrait être un niveau de stabilisation si les premiers signes de contrôle de l'inflation se matérialisent comme prévu dans les semaines à venir.

1 vue0 commentaire
bottom of page