top of page
  • Photo du rédacteurArte

Accord de l’UE sur une « feuille de route » pour limiter les prix

Dernière mise à jour : 11 févr. 2023

Si les ministres de l'énergie ne parviennent pas à s'entendre sur une version finale, un nouveau sommet sera nécessaire.


Des progrès, mais le diable est dans les détails. Les dirigeants de l'Union européenne se sont mis d'accord du jour au lendemain sur une "feuille de route" de jeudi à vendredi, qui vise à mettre en place des mesures pour stopper la hausse des prix de l'énergie dans les semaines à venir.


La guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie ont choqué les prix du pétrole, du gaz et de l'électricité. Mais depuis février, l'Europe tarde à réagir, minée par les intérêts divergents des États membres. Si le bloc a voulu présenter un front commun après d'âpres négociations, de nombreux dossiers restent en suspens et les négociations des prochaines semaines s'annoncent difficiles. "Nous avons maintenant un très bon plan d'action", a souligné la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, tandis que le président du Conseil européen Charles Michel a évoqué "un accord sur un paquet de mesures", qui doit désormais être "bien traité". .Cependant, le chancelier allemand Olaf Scholz a expliqué que si les ministres de l'énergie ne parviennent pas à s'entendre sur une version finale, un nouveau sommet des chefs d'État est nécessaire. "Message au marché"


Selon le président français Emmanuel Macron, les mécanismes proposés pourraient être introduits "fin octobre, début novembre". Il a constaté que les dirigeants "envoyaient un signal très clair au marché concernant (leur) détermination et (leur) unité". Selon les conclusions publiées à l'issue de la réunion, les chefs d'Etat et de gouvernement demandent à la commission "d'urgence" de leur présenter des "décisions concrètes" sur un certain nombre de mesures, dont des mesures de maîtrise des prix du gaz. volatilité " augmentation" de la consommation de gaz Ils ont également appelé à des "négociations accélérées" avec des pays producteurs "fiables" tels que la Norvège et les États-Unis pour "profiter du poids économique global de l'UE" plutôt que d'être compétitifs à l'échelle mondiale. risque de fièvre des prix. Outre la mesure de contrôle des prix de gros du gaz naturel, les dirigeants demandent également un plan spécifique de mécanisme « temporaire » pour limiter le prix du gaz utilisé pour la production d'électricité.


Ce mécanisme est déjà utilisé en Espagne et au Portugal. , et dont la France a demandé l'extension à l'ensemble de l'UE.Mais dans une concession à l'Allemagne, ce mécanisme doit s'accompagner de garde-fous "pour éviter une augmentation de la consommation de gaz". Elle doit également empêcher l'UE de subventionner l'électricité qui est éventuellement exportée vers les pays voisins (Norvège, Royaume-Uni, Suisse, etc.). Macron/Scholz, réconciliation Interrogé sur le couple franco-allemand, moteur de la coopération européenne, qui semble en panne, Emmanuel Macron a confirmé que son face-à-face avec la chancelière allemande avait permis de « clarifier plusieurs choses"."Il est clair que l'Allemagne a toujours agi de manière très unie", a répondu Olaf Scholz. La chancelière a été accusée d'égoïsme après avoir dévoilé fin septembre un plan de soutien de 200 milliards d'euros à l'économie allemande, qui n'a pas été convenu avec les partenaires.


A minuit, après dix heures de négociations entre 27 Etats membres, Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont appelé au calme, ce dernier appelant notamment à une relation "intense.


Des progrès, mais le diable est dans les détails. Les dirigeants de l'Union européenne se sont mis d'accord du jour au lendemain sur une "feuille de route" de jeudi à vendredi, qui vise à mettre en place des mesures pour stopper la hausse des prix de l'énergie dans les semaines à venir. La guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie ont choqué les prix du pétrole, du gaz et de l'électricité. Mais depuis février, l'Europe tarde à réagir, minée par les intérêts divergents des États membres. Si le bloc a voulu présenter un front commun après d'âpres négociations, de nombreux dossiers restent en suspens et les négociations des prochaines semaines s'annoncent difficiles.


"Nous avons maintenant un très bon plan d'action", a souligné la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, tandis que le président du Conseil européen Charles Michel a évoqué "un accord sur un paquet de mesures", qui doit désormais être "bien traité". .Cependant, le chancelier allemand Olaf Scholz a expliqué que si les ministres de l'énergie ne parviennent pas à s'entendre sur une version finale, un nouveau sommet des chefs d'État est nécessaire. "Message au marché" Selon le président français Emmanuel Macron, les mécanismes proposés pourraient être introduits "fin octobre, début novembre". Il a constaté que les dirigeants "envoyaient un signal très clair au marché concernant (leur) détermination et (leur) unité". Selon les conclusions publiées à l'issue de la réunion, les chefs d'Etat et de gouvernement demandent à la commission "d'urgence" de leur présenter des "décisions concrètes" sur un certain nombre de mesures, dont des mesures de maîtrise des prix du gaz. volatilité " augmentation" de la consommation de gaz


Ils ont également appelé à des "négociations accélérées" avec des pays producteurs "fiables" tels que la Norvège et les États-Unis pour "profiter du poids économique global de l'UE" plutôt que d'être compétitifs à l'échelle mondiale. risque de fièvre des prix.


Outre la mesure de contrôle des prix de gros du gaz naturel, les dirigeants demandent également un plan spécifique de mécanisme « temporaire » pour limiter le prix du gaz utilisé pour la production d'électricité.


Ce mécanisme est déjà utilisé en Espagne et au Portugal. , et dont la France a demandé l'extension à l'ensemble de l'UE. Mais dans une concession à l'Allemagne, ce mécanisme doit s'accompagner de garde-fous "pour éviter une augmentation de la consommation de gaz". Elle doit également empêcher l'UE de subventionner l'électricité qui est éventuellement exportée vers les pays voisins (Norvège, Royaume-Uni, Suisse, etc.).


Macron/Scholz, réconciliation Interrogé sur le couple franco-allemand, moteur de la coopération européenne, qui semble en panne, Emmanuel Macron a confirmé que son face-à-face avec la chancelière allemande avait permis de « clarifier plusieurs choses"."Il est clair que l'Allemagne a toujours agi de manière très unie", a répondu Olaf Scholz. La chancelière a été accusée d'égoïsme après avoir dévoilé fin septembre un plan de soutien de 200 milliards d'euros à l'économie allemande, qui n'a pas été convenu avec les partenaires.



3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page