top of page
  • Photo du rédacteurArte

Un conseil de défense réuni à l’Elysée

Dernière mise à jour : 9 févr. 2023



Vendredi matin avait lieu une réunion du Conseil de défense consacrée à la crise énergétique. Les ministres concernés étaient invités, dont la ministre de la transition, la ministre de l'énergie Agnès Pannier-Runacher. Dans l'après-midi, la personne concernée a ouvert la réunion avec quatre points principaux : la sécurité d'approvisionnement, la sobriété, la solidarité et l'agenda futur des travaux du conseil.


Ce vendredi à 10 heures, le président de la République, Emmanuel Macron, organisait le Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN) contre la crise énergétique à l'Elysée. Autour de la table : la Première ministre Elisabeth Borne, les ministres chargés du transport d'énergie Christophe Béchu et Agnès Pannier-Runacher, ainsi que le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et son ministre des Comptes Gabriel Attal.


Panel de ministres complété par des experts sur la fourniture de gaz et d'électricité. Il convient de rappeler que depuis le début de la guerre en Ukraine, fin février de l'année dernière, le flux d'hydrocarbures en provenance de Russie s'est arrêté, et cette semaine les livraisons de Gazprom à Engie ont été annoncées.Alimentation en bouche, ou plutôt « en dessous » disait Agnès Pannier Runacher dans son compte-rendu de réunion. Réserves, sobriété, solidarité, calendrier... Les positions du CDSN face à la crise énergétique


Le CSDN « permet de faire le point sur l'avancement des travaux réalisés avant l'été et définit les prochaines étapes de ces travaux pour préparer l'hiver ", a résumé le ministre de l'énergie par intérim. Plus précisément, quatre points ressortent des changements.Premièrement : sécuriser les réserves de gaz. "Nous avons sécurisé notre stockage de gaz. Ils sont maintenant remplis à 92 %. Aujourd'hui, on peut dire qu'on a quasiment atteint l'objectif, à deux mois du plan préliminaire (100 actions au 1er novembre, ndlr)", confie Agnès Pannier-Runacher, confirmant ainsi les propos d'Emmanuelle Wargon. L'ancien ministre du logement, président. du directoire de la Commission de régulation de l'énergie, s'est dit que jeudi au micro de LCI "fait confiance" "à la possibilité de passer l'hiver sans gaz russe", qui ne collecte plus que 9 réservoirs français.


Les leviers pour atteindre ces objectifs énergétiques. est l'utilisation de gaz à faible teneur en CO2, le développement de l'électricité renouvelable et la diversification des pays fournisseurs. EDF s'est engagé à redémarrer tous les réacteurs cet hiver. Nous suivons la situation avec des mises à jour hebdomadaires et portons une attention particulière au respect du calendrier », a déclaré le ministre. A noter que la Première ministre Élisabeth Borne a déjà exigé qu'EDF gère correctement son calendrier de maintenance des réacteurs. Autre volet énergétique étudié : l'européen la solidarité énergétique, grâce à laquelle "nos voisins européens ont pu remplir leurs réserves de gaz", déclare Agnès Pannier-Runacher. Il ajoute : "Le gouvernement a pu se pencher sur la relation avec l'Allemagne et l'Espagne principalement parce que vous savez que nous avons d'importants échanges de gaz et d'électricité avec ces deux pays. Et nous sommes arrivés à la conclusion que cette solidarité mutuelle doit être renforcée dès cet hiver.


L'abstinence électorale, préconisée par Elisabeth Borne, est le troisième point abordé lors du CDSN. "Nous avons déjà mobilisé l'Etat, les communes et les entreprises. Certains ont déjà fait des suggestions de qualité. Il est demandé à chaque joueur de créer sa propre feuille de route", reconnaît Agnès Pannier-Runacher, qui recommande de "mobiliser tout le monde".


"L'Etat fait sa part et est exemplaire. C'est un travail collectif, proportionné et sensé. Je vous rappelle que la sobriété c'est chasser le déchet, le considérer pour le chauffage, l'éclairage, cela n'oblige pas les entreprises à réduire leur production ou leur activité" , se défend le ministre.


La dernière partie du rapport a également été présentée, le calendrier et les méthodes de travail contre la crise énergétique.Au début du programme : une autre réunion la semaine prochaine au sujet des recommandations sur l'abstinence de l'industrie. Tous avaient jusqu'au 31 août pour présenter leurs recommandations et "construire un plan plus ambitieux".


Vendredi prochain, Agnès Pannier-Runacher participera au Conseil extraordinaire des ministres de l'Energie. Leur mission ? Voir les propositions de la Commission européenne contre les prix actuels.


Mi-septembre, les webmasters dévoileront les scénarios de cet hiver. Début octobre, toutes ont été suivies d'un point du gouvernement sur l'état de l'approvisionnement en gaz et en électricité et de mesures concrètes de modération.

Comments


bottom of page