top of page
  • Photo du rédacteurArte

Corrosion du parc nucléaire français

L'Autorité de sûreté nucléaire a donné son feu vert au programme de l'énergéticien sur fond de phénomène de corrosion sous contrainte observé dans plusieurs réacteurs.

nucléaire, marne, corrocsion, energie

Selon les communiqués des deux parties, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) suédoise a rempli un programme présenté par EDF mi-mars pour inspecter les soudures à risque de fissuration de ses réacteurs nucléaires. La séquence noire de l'électricien a commencé en octobre 2021 lorsque des microfissures, un phénomène connu sous le nom de corrosion sous contrainte, ont été découvertes dans l'une de ses centrales électriques les plus récentes et les plus efficaces.


EDF a été contraint de lancer un vaste plan de surveillance et de réparation, révisé en décembre dernier, qui a vu plusieurs réacteurs à l'arrêt pendant la crise énergétique. Mais EDF a dû revoir son programme de surveillance après la découverte d'une autre très grosse fissure dans une canalisation du réacteur numéro un de la centrale de Penly en Seine-Maritime (ouest). Elektrik a remis mi-mars son nouveau plan de bataille à l'ASN. « Mi-mars, l'ASN a pris acte de ce changement de stratégie, qui comprend un contrôle plus strict des soudures réparées, tout en insistant pour que le dialogue technique se poursuive sur l'opportunité du projet de calendrier de contrôle des soudures prioritaires », rappelle-t-elle. Dans un communiqué diffusé mardi par l'ASN.


"Après ces échanges, l'ASN considère ce calendrier comme approprié", a-t-il déclaré.Toutes les soudures reconnues prioritaires ont été investiguées au premier trimestre 2024 Mercredi matin, EDF s'est félicité dans un communiqué que l'ASN "ait montré qu'elle considérait comme approprié le programme proposé pour l'inspection des soudures prioritaires".


"L'estimation de la production nucléaire française pour 2023 se situe jusqu'à présent entre 300 et 330 TWh", indique le groupe. L'ASN rappelle que selon ce calendrier, "avant fin 2023, 90 soudures réparées identifiées comme prioritaires par EDF en raison des conditions de réparation seront contrôlées, et toutes ces soudures seront contrôlées ici avant le premier trimestre 2024".


Le chien de garde précise que "l'échange technique" avec EDF "porte notamment sur (...) les réacteurs soudés, dont la gestion est considérée comme prioritaire", c'est-à-dire réacteur 1 et réacteur 2 de la centrale de Nogent-sur-Seine. Centrale électrique de Cruase. "Des mesures opérationnelles seront mises en place" sur les deux réacteurs "jusqu'à leur arrêt programmé, qui est prévu en septembre 2023".



etude, autoconso

2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page