top of page
  • Photo du rédacteurArte

Construction de logements neufs en hausse entre 2010 et 2020

Si la région Île-de-France accueille chaque année 50 000 nouveaux habitants, le nombre de logements construits en région a sensiblement augmenté entre 2010 et 2020 par rapport aux 10 années précédentes, selon l'Institut d'Île-de-France (IPR). Cependant, ces nouveaux appartements - la grande majorité des appartements - ont perdu en moyenne 9 m2.


logement, appartement neuf


Selon l'Institut de la région parisienne (IPR), la construction de logements neufs en Île-de-France a augmenté ces dix dernières années, mais les logements neufs ont perdu en moyenne 9 m2 de surface au sol en raison d'une baisse d'efficacité. . . .



Après avoir démarré à 420 000 logements entre 2000 et 2010, la construction de logements a fortement augmenté entre 2011 et 2020 pour atteindre 660 000 logements. L'objectif est de produire 70 000 logements neufs par an, mais a culminé en 2017 avant de retomber à 60 000 fin 2022. En matière de logement social, 20 700 logements sociaux ont été construits entre 2011 et 2020, mais restent en dessous de l'objectif de la loi SRU de 32 000 constructions par an.


Un grand nombre d'appartements neufs


De tous les logements, la part des appartements neufs a augmenté de 78 %, tandis que la part des maisons neuves a diminué de 9 %. Le nombre d'appartements pour étudiants et retraités a également été multiplié par 2,5.


Géographiquement, la construction de logements neufs a été particulièrement dynamique en banlieue, autour de Paris et surtout en Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne.


La construction à l'étranger (Yvelines, Val d'Oise, Seine-et-Marne, Essonne) est plutôt portée par la nécessité de "développer des quartiers résidentiels nés de terre dans les années 1960-1970" et de grands projets.


Institut de la région parisienne (IPR). Si l'on entend beaucoup parler de la méthode des sols Zero Net Artificialisation (ZAN), l'Agence d'urbanisme d'Ile-de-France signale également que l'utilisation des sols a diminué. Aujourd'hui, la culture moyenne s'élève à 765 hectares par an contre 1 075 hectares. dans les années 2001-2005.


Cette moindre superficie foncière s'explique en partie par la rénovation urbaine et la reconversion de bâtiments tertiaires en logements.



etude energetique

Comments


bottom of page